Projet de coopération et voyage en Suisse

Avec le Parc des Volcans, avec le Cercle Européen d’Etude des Gentianacées

La volonté d’un projet de coopération entre le premier et le deuxième villages européens de la gentiane

 

Qu’est-ce qu’un projet de coopération ?

Un projet de coopération permet avant tout des échanges entre les partenaires afin de nouer des liens forts.

Il a différentes priorités telles que :

  •  le partage, la rencontre des hommes, des cultures, des paysages en insistant sur les points communs (ruralité, montagne) et sur les différences,
  • l’optimisation de l’utilisation des ressources naturelles et culturelles,
  •   l’amélioration de la qualité de vie dans les zones rurales,
  •    l’utilisation de nouveaux savoir faire et de nouvelles technologie
  •   l’apport de la valeur ajoutée aux productions locales,
  • l’échange sur les difficultés du quotidien ainsi que sur l’apport de solutions…

Le profil des partenaires

Il est nécessaire d’avoir une identification précise des partenaires.

Concernant ce projet, il s’agit :  

  • d’avoir un même symbole identitaire, pour notre projet il s’agit de la gentiane…

Le projet va permettre de valoriser le patrimoine naturel de la commune : Picherande s’est tourné vers la préservation de l’environnement en faisant le choix de la gentiane. En effet, la commune rurale avait besoin d’un emblème, d’un symbole pour affirmer sa spécificité. La gentiane a été privilégiée car elle est ancrée dans les sols volcaniques avec un caractère vivace et rigoureux, avec des racines puissantes et impressionnantes, « oui, la gentiane jaune ressemble en beaucoup de points à nos montagnards ».

  • d’être un village de montagne
  • d’être nommé par le CEEG comme « village européen de la gentiane »,
  • d’avoir une fabrication de produits artisanaux, identité de la région (Saint-nectaire, bière,…),

Le caractère socio-économique se tourne dans un premier temps vers l’agriculture en valorisant nos territoires et nos agriculteurs… Et dans un second temps vers le tourisme. Le caractère culturel est aussi un marqueur par ses folklores, ses musiques traditionnelles…

De l’idée au projet

Le projet de Picherande aurait pour intitulé : « des hommes, des paysages et des produits : valorisation d’un élément du patrimoine » et concernerait les 2 Communes Picherande et Le Lieu – Les Charbonnières

L’objectif principal est la mise en valeur d’un élément du patrimoine, en l’occurrence la gentiane :

  • au travers des activités  des hommes avec les produits du terroir et les produits à base de gentiane, les coutumes…
  • au travers de la découverte de paysages par diverses actions telles que par exemple la photographie, la peinture, les randonnées…
  • au travers de l’utilisation de cette plante comme remède pour les hommes et les animaux. 

Le projet en lui-même doit être clair et solide, il doit satisfaire les objectifs de la stratégie du développement local. Il doit aller plus loin que de simples échanges : les actions communes doivent être suivies de résultats.

 

Les actions communes

  • La coopération doit s’inscrire dans un processus dynamique avec des actions communes qui permettent de répondre aux problèmes sur des thèmes pour les territoires ruraux participants, aux enjeux des territoires, d’apporter une plus-value et de mettre en œuvre des objectifs définis.
  • Le projet doit avoir des actions concrètes qui apporteront des bénéfices à tous les territoires impliqués. Ces actions communes doivent avoir une mise en œuvre faite de manière conjointe.
  • La coopération permet de développer des réseaux, de rassembler des personnes autour d’intérêts communs pour entreprendre des actions qui apportent un bénéfice mutuel.
  • Il peut en effet être envisagé des échanges entre les deux écoles (si les maîtres sont d’accord), des concours photos, des démonstrations de fabrication de fromages…L’échange va grandir au fil des années et sera enrichi par l’implication des habitants et des nouvelles idées, par la participation de nouveaux villages dans d’autres parties de l’Europe.

Les apports d’une coopération

  • La coopération permet d’apporter une nouvelle dimension aux projets locaux car elle donne des alternatives et des opportunités originales afin de chercher et trouver des réponses aux différents défis abordés dans les stratégies des territoires coopérants. Les projets entrepris sont plus ambitieux du fait de la mise en commun des ressources et des expertises.
  • Elle permet de développer une identité territoriale et ainsi être reconnue.
  • Elle permet de réunir un ensemble de personnes sur des sujets divers et variés.
  • Avantages indirects de la coopération : pour les commerçants de Picherande afin d’avoir de nouveaux prestataires et permettre de nouveaux échanges mais aussi pour les agriculteurs afin de faire connaître et partager les savoir-faire et les produits. L’échange permet une valorisation des produits. Par exemple, il est possible d’envisager « d’exporter » des Saint-nectaire et en retour d’avoir leur fromage Mont-Dore / échanges sur les races de vaches, méthodes de travail… Ainsi, il est possible d’améliorer la compétitivité en trouvant par exemple de nouveaux associés pour la promotion des productions locales. Le projet est un atout économique et touristique, les échanges qui auront lieu seront bénéfiques aussi bien à la commune, qu’aux habitants et commerçants. La coopération génère des retombées socio-économiques et/ou du bénéficie environnemental sur les zones rurales.

Une première réunion publique à Picherande : 19 juin 2012

  • Une réunion publique a été organisée le 19 juin 2012 à la mairie, où il a été expliqué et présenté, par Flavie Pradel avec la présence d’Emilien Veysseyre (coordonnateur et animateur du programme LEADER), ce qu’est un projet de coopération et les pistes qui pouvaient être envisagées entre Picherande et Le Lieu.

Il est nécessaire d’intéresser les acteurs locaux à la coopération  pour que le projet voie le jour, car il a besoin d’appui au niveau local.

  • Un premier contact a été établi avec Jean-Pierre Rochat, syndic (équivalent du maire) du village Le Lieu le 21 juin 2012 par téléphone. Il trouve le projet de coopération très intéressant et souhaite rencontrer et échanger avec Picherande pour mieux se connaître, ce qui est rassurant et donne un coup de pouce à ce projet.

  •  Il sera nécessaire de créer un groupe sur la réflexion de la coopération en faisant intervenir élus, commerçants, habitants et toute personne intéressée par les démarches du projet, sans oublier qu’il faut être ouvert aux différentes propositions qui seront faites par le village de la Suisse.
  •  Courrier envoyé ?

Organisation de la première rencontre qui pourrait avoir lieu au mois de juin lors de notre voyage. Cette première rencontre doit avoir un moment de travail mais elle doit aussi prévoir des activités informelles pour que les personnes se rencontrent et apprennent à se connaître (échanges).

Il faut :

  • établir un compte rendu pour confirmer ou non le partenariat. Il s’agit de signer « un protocole d’accord » pour définir  les premières décisions et le rôle de chacun.
  • identifier le coordonnateur du projet : un partenaire doit être désigné comme « chef de file » en charge de l’ensemble de la mise en œuvre, de l’animation, de la gestion et du contrôle.

 

Officialisation du  partenariat

Il faut aussi officialiser les engagements par un accord c’est-à-dire

entre les partenaires. Il est possible de signer les documents dès la première rencontre (si un accord a été trouvé au préalable) ou bien cet été à Picherande lors de la fête de la gentiane.

 

L’animation du partenariat est essentielle et doit traiter toutes les tâches du projet (par chef de file ou experts extérieurs). Une feuille de route doit être définie et validée pour permettre la mise en œuvre des actions du projet.

 

Le suivi du partenariat de coopération en organisant des réunions, visites, échanges pour assurer une mise en œuvre efficace du projet, qui peuvent être courts et réguliers ou moins fréquents et plus longs. Les échanges facilitent la gestion, le suivi, le retour et l’administration du projet.

panneaux village européen gentiane 24 07 10 002

Voyage en SUISSE les 31 mai, 1er et 2 juin 2013

Suite au projet de coopération, un voyage en Suisse les 31 mai, 1er et 2 juin a été organisé par la commune de Picherande avec la participation du Parc des Volcans et du Cercle Européen d’Etude des Gentianacées.

Vendredi 31 mai 2013

Départ 6 heures. Regroupement vers l’église de Picherande.

16 h 00 : Arrivée des participants aux Charbonnières.

16 h 30 : visite du Musée de l’horlogerie.

19 h 00 : apéritif au Musée du vacherin.

20 h 00 : repas à l’hôtel du Cygne aux Charbonnières.

 

Musée de l’horlogerie (Le Sentier) de la Vallée de Joux. espace Horloger 31 05 13 (97)

  •  C’est une présentation de l’horlogerie mécanique de luxe, de son histoire qui remonte à plus de deux siècles et de ses métiers aux moyens de supports interactifs et instructifs.
  • C’est aussi un retour dans le passé avec la vie des paysans qui se « mutaient » en horloger pendant 6 mois d’activités dans leurs ateliers d’horlogerie afin de fabriquer  des merveilles d’horlogerie. C’est aussi la découverte du métier d’horloger avec le témoignage et les démonstrations de l’un d’entre eux. Ce métier exige de nombreuses qualités : dextérité, patience, minutie …

Musée du Vacherin.musée Vacherin Mont d'Or 31 05 13 (7)

  •  Le Musée du Vacherin Mont d’Or  raconte l’histoire du fromage de la Vallée de Joux.
  • Produit en hiver seulement, ce fromage a commencé à être commercialisé depuis Les Charbonnières, un village au bord du Lac Brenet, face à la Dent de Vaulion.
  • En 2003, il reçoit une appellation d’origine contrôlée qui garantit son origine et son mode de fabrication.
  • Des objets,  des documents, un film retracent l’histoire de ce fromage et de sa fabrication.

Samedi 1er juin 2013

  8 h 00 : Marche des Gentianes 5 km (annulée à cause des conditions météorologiques)

Dés 9 h 00 : Accueil à la salle communale des Charbonnières.

fête Charbonnières 01 06 13 (170)

10 h 00 : Préparation des participants.

10 h 15 : Mise en place et départ du cortège.

fête Charbonnières 01 06 13 (98)

12 h 30 : Repas (salle communale)

15 h 30 : Période libre (temps de travail avec le CEEG)

               visite guidée pour d’autres : distillerie  d’eau de vie de Gentiane.

18 h 30 : Départ en bus pour une marche (annulée) et le repas à la Dent de Vaulion.

 

Dimanche 2 juin 2013

  8 h 30 : Promenade autour du lac de Joux

  9 h 30 : Départ pour Romainmôtier

10 h 00 : Accueil par la Fondation de l’Abbatiale

Village de Romainmôtier

Village de Romainmôtier

Abbaye de Romainmôtier

Abbaye de Romainmôtier

     Film et visite Abbatiale

              Apéritif

12 h 15 : Repas

14 h 00 : Départ du bus pour Picherande

Promenade autour du lac de Joux

 

Le lac de Joux est un lac qui remplit le fond de la vallée de Joux, dans le canton de Vaud.

Son altitude est de 1 004 mètres et sa profondeur maximale de 32 mètres. Il a une surface de 9,5 kilomètres carrés.

Il est alimenté principalement par l’Orbe, qui arrive au sud-ouest depuis la France et par la Lionne qui traverse le village de L’Abbaye. Une partie de ses eaux s’écoule dans le lac Brenet, son petit voisin, mais la plus grande partie s’écoule de manière souterraine pour arriver à Vallorbe. L’eau passe à travers les sols calcaires du lac et ressort plus précisément aux grottes de Vallorbe.

Le lac gèle fréquemment pendant l’hiver et les sports de glisse y sont autorisés.

Une sculpture monumentale appelée Pégase d’André Lasserre se trouve sur la rive proche de L’Abbaye.

Le lac de Joux

Le lac de Joux

Le lac de Joux

Le lac de Joux